Rejoignez-nous sur Facebook !
  • Copie de Nouveau Document (10)

    Copie de Nouveau Document (10)

  • Copie de Nouveau Document (10)

    Copie de Nouveau Document (10)

  • Copie de Nouveau Document (10)

    Copie de Nouveau Document (10)

  • Copie de Nouveau Document (10)

    Copie de Nouveau Document (10)

  • Copie de Nouveau Document (10)

    Copie de Nouveau Document (10)

  • Copie de Nouveau Document (10)

    Copie de Nouveau Document (10)

  • Copie de Nouveau Document (10)

    Copie de Nouveau Document (10)

  • Copie de Nouveau Document (10)

    Copie de Nouveau Document (10)

  • Copie de Nouveau Document (10)

    Copie de Nouveau Document (10)

  • Copie de Nouveau Document (10)

    Copie de Nouveau Document (10)

  • Copie de Nouveau Document (10)

    Copie de Nouveau Document (10)

  • Copie de Nouveau Document (10)

    Copie de Nouveau Document (10)

  • Copie de Nouveau Document (10)

    Copie de Nouveau Document (10)

  • Copie de Nouveau Document (10)

    Copie de Nouveau Document (10)

  • Copie de Nouveau Document (10)

    Copie de Nouveau Document (10)

  • Copie de Nouveau Document (10)

    Copie de Nouveau Document (10)

  • Copie de Nouveau Document (10)

    Copie de Nouveau Document (10)

  • Copie de Nouveau Document (10)

    Copie de Nouveau Document (10)

  • Copie de Nouveau Document (10)

    Copie de Nouveau Document (10)

  • Copie de Nouveau Document (10)

    Copie de Nouveau Document (10)

  • Copie de Nouveau Document (10)

    Copie de Nouveau Document (10)

  • Copie de Nouveau Document (10)

    Copie de Nouveau Document (10)

  • Copie de Nouveau Document (10)

    Copie de Nouveau Document (10)

Dès 7h00, le groupe a embarqué dans les « coques rapides » pour se rendre sur l’ile de Nosy Komba. Quarante minutes de trajet avant d'apercevoir la petite plage d'où nous sommes partis.


L’ile de Nosy Komba est une île volcanique et le tracé s’est imposé de lui-même à savoir, une montée par un sentier très difficile où il est impossible de courir et une descente infernale vers l’autre côté de l’île . 460 mètres de dénivelé positif sur 2,2 kilomètres puis la grande descente vers Ampagourine avec une arrivée à l'école où a eu lieu l'action de solidarité scolaire du jour.


Le directeur de course, Jean-Michel Ferron, a décidé de neutraliser cette étape qui s'est faite sans chronométrage. Tout le groupe est à féliciter après cette montée très accidentée. Elles se souviendront de ce moment même si elles ont détesté l’organisateur pendant quelques minutes.


Au sommet de cette île, à mi-parcours , une autorisation spéciale a été indispensable pour traverser un village dont la population est très fragile, vivant en quasi autarcie et qui n’a pas l’habitude de voir des touristes. Nous y avons été accueillis par l'institutrice qui s'occupe du petit groupe de vingt cinq éléves de la maternelle au CM1. Nous leur avons donné un sac complet de dotations mais sans les distribuer individuellement comme nous avons l'habitude de fonctionner. Le retour par le côté ouest de l'île de Nosy Komba a permis de profiter de points de vue imprenable sur la mer…..de beaux moments qui compensent la difficulté.


En redescendant, nous allons à la rencontre de l'autre partie du groupe, dont la joëlette des « Balika Lasterka » dans laquelle a pris place Magalie LARD. Cette gazelle handicapée participe à chaque étape poussée par ses amies et c'est un véritable exploit d'avoir réussi à gravir aussi haut en deux heures d'efforts.


A l'arrivée à Ampagourine, s'est déroulée l'action de solidarité scolaire pour la seule école de cette petite localité.


Nous sommes restés déjeuner sur l’île, en bord de plage, avant de reprendre les bateaux pour retourner vers notre lieu de résidence.


Au programme : soirée culturelle au cours de laquelle chaque participante a été drapée d’un « salouvana » avant d’être maquillée par l’équipe de l’hôtel. Plusieurs musiciens ont coloré cette soirée au doux son de leurs instruments traditionnels.


Mais il s'agissait d'une soirée exceptionnelle : la finale de la coupe du monde de football...et notre équipe nationale a battu la Croatie et devient pour le deuxième fois de son histoire, Championne du Monde.


Demain, les gazelles iront courir sur « la grande terre » à Ankify…...une étape très roulante avant de rejoindre la ligne d’arrivée où nous attendrons de nombreux enfants. L’Association des parents d’élèves d’Ankify nous ont promis une belle surprise…...A demain