Rejoignez-nous sur Facebook !

Dès 7h00, le groupe a embarqué dans les « coques rapides » pour se rendre sur l’ile de Nosy Komba. L’ile de Nosy Komba est une île volcanique et le tracé s’est imposé de lui même à savoir une montée à travers un sentier très difficile où il est impossible de courir et une descente infernale vers l’autre côté de l’île . 460 mètres de dénivelé positif sur 2,2 kilomètres puis la grande descente vers Ampagourine où se situe une autre école pour laquelle nous avons également donné des dotations scolaires.


Le directeur de course, Jean-Michel Ferron a décidé de neutraliser cette étape qui se fera sans chronométrage. Une montée très accidentée où tout le groupe est à féliciter. Elles se souviendront de ce moment même si elles ont haï l’organisateur pendant quelques minutes.

 

Au sommet de cette île, à mi-parcours , contact avait été préalablement pris avec le chef de village afin de traverser ce petit hameau. Les enfants et les gazelles ont pris beaucoup de plaisir à partager des chansonnettes. Une dotation de peluches était prévue et n’a malheureusement pas eu lieu en notre présence puisqu’elles n’étaient pas arrivées à temps et que nous devions continuer notre chemin pour redescendre à Ampagourine où nous étions attendus dans une autre école.

 

Le retour par le côté ouest a permis d’avoir des points de vue imprenables sur la mer…

 

A l'arrivée à Ampagourine, un nouvel accueil et la distribution du matériel scolaire.

 

Nous sommes restés déjeuner sur l’île, en bord de plage, avant de reprendre les bateaux pour retourner vers notre lieu de résidence.

 

Soirée culturelle au cours de laquelle chaque participante a été drapée d’un « salouvana » avant d’être maquillée par l’équipe de l’hôtel. Plusieurs musiciens ont coloré cette soirée au doux son de leurs instruments traditionnels.

 

Demain, les gazelles iront courir sur « la grande terre » à Ankify... une étape très roulante. L’Association des parents d’élèves d’Ankify nous ont promis une belle surprise...

 

A demain