Rejoignez-nous sur Facebook !

Ce matin, l’étape proposée a été plus roulante que la veille…il y a la traversée du cordon de dunes qui engloutit le campement, mais rapidement les gazelles se sont retrouvées sur des chemins plutôt roulants. Elles ont traversé des plantations variées, carottes, oignons, poireaux...et beaucoup d'arbres fruitiers.. Il y a de l'eau dans les sous-sols aussi les plantations sont nombreuses dans cette terre fertile. Il faut être vigilante au balisage car le parcours est sinueux. Le balisage est fait avec de la rubalise de fécule de pomme de terre. Elle est un peu moins visuelle que celle en plastique mais l'organisation essaie de ne pas laisser de plastique, tant au niveau des dotations scolaires que de la course.

 

L'arrivée dans la petite école de Khonkoye est préparée de longue date. L’ année dernière, les parents d'élèves s’étaient mobilisés et avaient décidé, après arrêté préfectoral, de dénommée la « case des tout-petits » de cette école : CASE SENEGAZELLE, un bel hommage à notre action qui donne beaucoup mais reçoit aussi de belles récompenses humaines. La classe est bien là, repeinte pour notre venue.


Le directeur de ce petit établissement scolaire a mobilisé toute la population pour accueillir les gazelles dans ce village éloigné de tout. Le chef du village, le maire et toute la communauté locale est présente et le discours de haute volée du directeur restera dans les mémoires. Il a souligné l'importance du passage de la Sénégazelle qui a relancé en deux ans des effectifs en baisse qui mettaient en danger l'existence même de l 'école.


Pour la course, c'est Isabelle VIAUD qui a gagné l'éape du jour suivie de Anne VERMOTTE et de Céline PITON. Au classement général les trois premières se détachent avec plus de quatre minutes d’avance sur la quatrième, mais les quatre suivantes se tiennent en quarante cinq secondes.

 

Dans l'après-midi, les « sept ateliers du désert » ont été activés : initiation djembé, méditation, yoga, danse africaine, cuisine locale, maraichaige et peinture sur sable. Cette approche de la culture sénégalaise et plus spécifiquement du désert permet de sentir et d'approcher cet environnement de sable et de vent.


La projection des photos de ce début de semaine a été très apprécié avant de se rendre dans les tentes pour une douce nuit récupératrice...


A demain...

Classement étape 3

Classement général après 3 étapes