Rejoignez-nous sur Facebook !

Mercredi 21 Octobre.

25 Avril 2015, quatre minutes avant midi...

Ce jour là, la terre a tremblé au Népal et le petit pays a bien du mal à s' en remettre. Aujourd' hui les gazelles ont visité l' une des cité les plus prestigieuse du pays : Bakhtapur. Au 14 ème siècle, l' un des fils du roi y avait installé ses quartiers. Les deux autres cités royales étant Patan et Kathmandu devenue la capitale.

Le séisme du printemps dernier a touché en plein cœur cette cité antique et ses temples. Aujourd' hui, encore les tentes de la croix rouge mises à disposition par la chine jonchent les esplanades dégagée de la ville. Certains autres bâtiments, toujours debout, sont soutenus par des étais qui semblent avoir été installées pour un long moment. L' ampleur de la tâche est considérable mais heureusement les touristes sont là pour encourager les sans abri et les commerçants. Nul ne sait combien de temps les photos d'archives des temples, avant la catastrophe, et installées devant les monuments blessés vont orner les terrasses de ceux ci.

Le temps, ici aussi, a sa mesure particulière. La dignité des népalais et leur endurance sont un gage de réussite pour cet immense chantier. Venir, ou pour certains revenir prend encore plus de sens.

 

Tika c' est le point culminant de la fête au Népal et ce jour était consacré aux sacrifices. Les chèvres ont passé une mauvaise journée, pour ne pas dire leur dernière. Même les motos et les petites voitures ont été l' objet de toutes les considérations. Avec les temples, les dieux, ces objets du quotidien ont été ornés du sang des victimes animales.

Au sommet de certains temples qui ont perdu leur couvre chef, les enfants avaient décidé de lancer une grande bataille aérienne. La flotte était comme toujours constituée de ces petits cerfs volants de papier ou de plastique. Dipeth est un des pilotes le plus prestigieux, il est venu vers nous pour nous confier son désarroi. En effet, la ficelle qui le reliait à son appareil venait de se briser. C' est dans un franglais approximatif qu' il nous a vite convaincu Clémence, Jean Michel et moi qu'il nous fallait l' accompagner jusqu'à la petite boutique toute proche.

Dans cette ruelle en pente, la foule des grands jours pour réparer, s' équiper ou encore changer son « Kyte » et participer à cette fameuse bataille d' Angleterre qui pourrait faire rougir les « Spitfire ».

Une bien belle journée ou l' on pouvait sans faire aucun effort se sentir de la famille.

Avant de remonter dans les bus, le commerce a repris son droit et chacune a pu se délester de quelques roupies népalaises et ainsi participer à la reconstruction improbable du lieu.

Radio gazelle au Nepal : au micro Simone Hecker.