Rejoignez-nous sur Facebook !

Cette année, compte tenu d’un planning modifié, il n’y a pas d’étape à Adarsha Shaula Secondary School dans les faubourgs de Kathmandu. Qu’à cela ne tienne, ce matin, le groupe se rend sur place, en bus, afin de distribuer les dotations préparées pour les 450 élèves. Les consignes sanitaires sont très strictes : gel hydroalcoolique à l’entrée, dès le passage du portail, port du masque et distanciation.


Le silence dans la grande cour laisse dubitatif : que va t-il se passer ? Après très peu de temps d’interrogation, les petits uniformes aux nuances de bleu commencent à sortir des classes, aux différents étages de ce bâtiment très imposant, la curiosité et le plaisir de se rencontrer donne le sourire, ça se lit dans les yeux.


Le Directeur de l’école et les enseignants donnent des directives. Les enfants dessinent un grand cercle et nous comprenons que ces dames sont invitées à s’installer au centre.


Le staff de Hello Mountain Trek a anticipé la répartition des sacs suivant les niveaux et petit à petit, malgré ce qui nous avait été indiqué, nous comprenons que des échanges vont pouvoir avoir lieu et qu’un minimum de proximité, d’échanges, va être possible. Finalement, par petits groupes, les gazelles vont pouvoir se rendre dans les classes. Quelle joie !


Nous quittons cet îlot de campagne de Bungamati pour rejoindre, à deux pas, le « périphérique » de Kathmandu et nous nous dirigeons vers Patan. Nous déjeunons à Durban Square. Deux groupes sont constitués et suivent les guides qui vont nous raconter l’histoire de ce quartier, également patrimoine de l’UNESCO, qui concentre palais royaux, sanctuaires et temples hindous ou bouddhistes. Depuis le séisme de 2015, beaucoup d’ouvrages ont souffert et nous assistons à un énorme effort de restauration. Des échafaudages de bambous, habillés de bâches colorées, enveloppent plusieurs monuments. L’initiation aux nombreux symboles gravés dans le bois et la pierre se poursuit depuis notre première visite de la cité de Bhaktapur… la semaine dernière, déjà.


Depuis hier soir, nous entrons dans les cinq jours de fête de THIAR, la fête des lumières, une fête hindoue qui vénère la vie et la prospérité. Le premier jour, sont honorés les corbeaux, les chiens, les vaches, les taureaux … il n’est donc pas surprenant de croiser des chiens ornés du traditionnel collier de fleurs et portant la tikka entre les deux yeux.


A l’ère de la fée électricité, la fête des lumières est l’occasion de parer les façades des commerces de guirlandes. Malgré tout, la tradition perdure car de petites poteries, de fabrication artisanale locale, sont à vendre un peu partout, destinées à recevoir de l’huile et illuminées maisons et alentours.


Pour information, Thiar correspond au nouvel an Newar. Récapitulons :
En 2021, le Népal fête l’an 2078, sachez que le calendrier de la caste Newar, au coeur de la vallée de Kathmandu, fête l’an 1141 et que certaines ethnies des montagnes utilisent le calendrier tibétain et sont donc en 2148.


De retour à l’hôtel Manaslu, nous nous préparons à assister à la soirée de gala au cours de laquelle seront remises les récompenses de la course.

 

Après la rencontre avec le Ministre du Tourisme, il y a quelques jours, et hier l’Ambassadeur de France au Népal, Monsieur Gilles BOURBAO, c’est le Ministre des Sports qui nous honore de sa présence.