Rejoignez-nous sur Facebook !

Le timing général est respecté... Bravo !

Ce matin au petit-déjeuner, l'annonce de la mort de Johnny Halliday en a surpris beaucoup. Ici, nous sommes loin de l'Europe mais internet est là et a véhiculé la nouvelle à travers le monde entier.


7h30, départ vers le chantier du collège de Diofior 2. C'est une journée charnière dans le projet global car il ne restera que deux jours ensuite pour pouvoir livrer clé en main ce merveilleux outil de travail, une salle de classe.


C'est à 13h00 que le chantier du jour s'est achevé, bilan : toit posé, ouvertures mises en place (5 fenêtres et une porte), dalle de la classe faite et tableau fabriqué ( c'est une base de ciment recouvert d'une peinture "ardoisine".


Lors de la pose du toit, il a fallu être très vigilants car le petit vent qui s'est levé vers 11h00 pouvait déstabiliser facilement ces longues plaques d'aluzinc qui couvrent le toit.


Mais le timing général est respecté. Bravo à tout le groupe.

Etape surprise...!!

Côté course aujourd'hui, c'est une étape surprise qui s'est déroulée de nuit sur l'ile de Firane située à 15 minutes de pirogue de notre lieu de séjour, l'écolodge de Simal.


Une distance courte avec deux lieux de départ différents pour les randonneurs et les marcheurs, mais un parcours identique pour tous les concurrents. Ils ont effectué un aller/retour entre deux grands feux espacés de 2.5 kilomètres soit 5 kilomètres "by night" à la lueur des frontales.


Le départ général a été donné à 19h00 précises, quelques minutes avant la tombée de la nuit.


Sur le trajet aller , le peloton s'est vite étiré jusqu'au demi-tour matérialisé par un premier feu de bois mis en place par l'organisation. Aucun obstacle, aucun trou, une longue ligne droite de deux kilomètres et demi. Sur le retour, les coureurs se croisent et s'acclament dans l'obscurité. Une belle ambiance que l'on a retrouvé sur toutes les étapes depuis le début du séjour.


Pas de chronométrage aujourd'hui, le Directeur de course a préféré mettre en avant le plaisir de courir dans une ambiance nocturne, ce qui est une découverte pour une grande partie du peloton.


C'est une atmosphère envoûtante, sans bruit, juste le clapot des vagues du fleuve et le cris de quelques oiseaux effrayés. Mais une étape qui restera gravée dans la mémoire des batirunneurs.

 

A demain pour une quatrième journée qui permettra de retrouver la brousse sénégalaise. A demain...