Rejoignez-nous sur Facebook !

THE END.

C' est cette photo du podium qui figera la partie sportive de cette édition 2014. Yoann Hamon aura dominé toutes les courses et est donc sacré « Champion » Batirun à Simal.

Le jeune infirmier breton, aura bien tenté de poser sa main, aussi, sur un combat de lutte avec Mas, mais après avoir ébauché, un instant, une victoire possible, son adversaire lui aura montré que cette croyance n' était qu' une utopie l'espace d'une demi seconde. Yoann s'est retrouvé retourné comme une crêpe !... et méditera longtemps ce moment d'humilité.

L' image de ces deux athlètes, dans les bras l' un de l' autre demeurera sans doute pour les organisateurs l' image emblématique d' une édition un instant fragilisée. La psychose « ébola » relayée par les médias en Europe ou encore les menaces terroristes des groupes islamiques armés prises au sérieux par Jean Michel Ferron ont vite laissé place à une mesure rassurante qui a permis à l'organisateur de maintenir cette édition. Les informations recueillies sur place durant les mois qui ont précédé notre départ vers l' Afrique ne faisant qu' étayer la thèse d 'un risque restreint et surtout parfaitement maîtrisé sur place par les autorités sanitaires sénégalaises.

Le groupe de coureurs a posé le pied ce matin, à la première heure, sur le tarmac d' Orly après une semaine très riche en événements et en émotions.

Nous attendons, ici, avec Clémence l'heure de la première rentrée scolaire des élèves dans la classe livrée vendredi au collège.

Les photos sont à partager dès demain le plus largement possible sur les réseaux sociaux et surtout à l'écoute des récits que chaque participant de cette année pourra livrer à son entourage ou à ses partenaires.

Mille merci en tous cas à cette belle équipe l'an prochain pour construire une classe pour les tous petits de l'école primaire de Simal.

Nous avons votre nostalgie.

Les camions qui s'éloignent dans le sable mou de Simal ont emporté avec eux les rires, les chants et les danses d'une dernière soirée de fête à Simal.

 

Le village s'est réveillé avec ce grand vide dans les coeurs. Comme nous allions nous ravitailler, Clémence et moi, nous avons été mitraillés de questions sur le départ des Batirunners. Toutes les familles, tous les acteurs de la vie sociale et jusqu'aux pêcheurs de crevettes, la population n' a pas tari d' éloges sur cette première opération de construction d'une salle de classe ici.

 

Le tout petit village a travaillé longtemps pour convaincre "Monsieur Jean Michel" et sa troupe pour inscrire Simal dans les projets Batirun. C' est donc chose faite et réalisée. La reconnaissance est incommensurable au bord du fleuve qui à coulé jusqu'au soir d' une lune, elle aussi pleine de grattitude.

 

Même si on sait, ici, que l' équipe reviendra dans quelques semaines avec les gazelles, les batirunners ont marqué les esprits de chacun. Les moments qui se sont écrits cette semaine passée resteront à jamais et ont posé un lien indéfectible dans les souvenirs de tous.